Conseils pour traduire son site web dans plusieurs langues

Pensez-vous à traduire votre site Web, surtout depuis que la crise du Covid-19 a rendu notre vie privée et nos affaires si difficiles ?  Que vous souhaitiez répondre à cette nouvelle réalité, ou simplement vous développer sur les marchés internationaux, vous savez qu’une présence multilingue est essentielle.  (Au cas où vous auriez besoin d’être convaincu, vous pouvez lire pourquoi c’est une bonne idée dans mon article de blog ici).

Avant même de commencer à chercher un prestataire de services de traduction, vous devez connaître votre marché cible.

L’utilisation d’outils tels que Google Analytics vous aidera à déterminer les pays et les langues qui vous rapporteront le plus de ventes. Vous êtes prêt à vous lancer dans la traduction de votre site Web et vous souhaitez confier votre contenu à un linguiste professionnel. Que faire maintenant ?

Voici 7 conseils pratiques pour vous aider à gérer ce processus :

1. Que demandez-vous à votre traducteur ?

Préférez-vous traduire ou de localiser ? La traduction permet de transférer le sens de votre contenu dans une autre langue. Mais qu’est-ce que la localisation ? Le terme « localisation » vient en fait du terme « locale », qui désigne la combinaison de la langue parlée par un utilisateur et de l’endroit d’où il vient. En d’autres termes, il s’agit de rendre quelque chose approprié à un lieu donné. Il s’agit de répondre aux besoins techniques de chaque localité, tels que les adresses postales, la monnaie, les prix, les unités de mesure. Il s’agit également d’adapter culturellement le texte en le rendant approprié au public cible. Par exemple, si votre site Web est rédigé en anglais américain ou britannique, votre CTA (call-to-action) sera probablement trop ferme et convaincant en France, où un message plus subtil et plus doux est nécessaire.

Si vous souhaitez traduire votre site web en suédois, il faudra par exemple demander à votre traducteur français suédois de justifier d’une expertise en SEO.

2. Quel procédé technique allez-vous utiliser ?

Des fichiers Word ou Excel. Si vous créez tout le nouveau contenu du site Web en MS Word, le processus sera assez simple pour le traducteur : il traitera les fichiers dans Word ou dans son outil de TAO (traduction assistée par ordinateur) à des fins de cohérence et les renverra dans le même format. Cependant (un GRAND « cependant »), cela signifie que votre équipe ou société de conception Web devra insérer tout le contenu bilingue dans vos templates de page. Ensuite, votre équipe d’assurance qualité devra relire chaque page source, et le traducteur devra relire chaque page de la langue cible. Tout cela est laborieux et prend beaucoup de temps. Ne courez pas le risque de voir les mots traduits, mais pas le message global. Veillez à partager le contexte avec le traducteur.

Traduire directement dans un CMS. Si le site Web est sous WordPress ou Squarespace, il peut être utile d’utiliser un plugin comme TranslatePress (image ci-dessus) ou WPML. Le traducteur peut travailler dans la partie frontale du site Web et personne ne doit coller le texte. On peut immédiatement voir comment le texte s’adapte à la page. La langue française étant plus longue que l’anglais, cette méthode peut rapidement signaler tout problème de placement ou de taille de police et de boîte. Cette méthode permet de gagner du temps mais peut également ajouter une autre couche technique au projet, vous devez donc être à l’aise avec elle.

3. Qui se chargera de la relecture et de l’assurance qualité ?

Est-ce le traducteur ou disposez-vous de ressources linguistiques pour le faire de votre côté ? Si c’est le traducteur, demandez-en le coût dès le départ. Il peut s’agir d’un poste distinct sur son devis ou être intégré à son taux horaire (vérifiez-le). L’ensemble du site doit être relu avant sa mise en ligne. L’assurance qualité est vitale : si vous pensez qu’il est mauvais d’avoir une coquille dans un document, à quel point ce sera embarrassant s’il y a des coquilles sur votre site Web pour que le monde entier le voie ! Vos produits de premier ordre n’auront pas l’air professionnel. Et ne pensez pas que seuls les linguistes se moquent des fautes de langue. Les médias regorgent de photos et d’articles, écrits par des clients, sur des gaffes embarrassantes dans des musées, des attractions touristiques célèbres ou sur des sites de commerce électronique.

4. Disposez-vous d’un guide de style ou d’un glossaire ?

Il est important que la nouvelle version linguistique présente le même attrait et le même style (par exemple, amical et détendu ou formel et professionnel). Lorsque vous pensez à la formalité, vous pensez également à l’inclusivité. Tenez compte de l’âge, des antécédents et de l’environnement professionnel de votre public. Choisir entre le « vous » formel et informel dans certaines langues – « vous » en français, « du » en allemand ou « tú » en espagnol – vous permettra de transmettre un style inclusif, clair et courtois. Si un traducteur fait partie d’une équipe de localisation (par exemple, s’il travaille avec le personnel de l’assurance qualité sur votre site), le fait de partager ces directives et ces termes techniques avec toutes les personnes impliquées permettra de maintenir la cohérence de la terminologie. Et si vous effectuez d’autres mises à jour, la prochaine fois, ces ressources rendront le processus plus rapide et plus précis (sans parler de la gratitude éternelle de votre traducteur choisi).

5. Qu’en est-il des images ?

On dit qu’une image vaut mille mots. Et c’est vrai ! À l’ère du marketing numérique, l’imagerie joue un rôle si important qu’il serait dommage de l’ignorer. Assurez-vous que toutes les images ont des traductions appropriées et qu’elles ont été adaptées à la culture locale, car elles peuvent avoir des significations différentes. En outre, les liens, les en-têtes et les titres ne doivent pas se briser lorsque les utilisateurs passent d’une langue à l’autre. Il est donc vital d’inclure cet aspect dans votre processus d’assurance qualité.

6. Que se passera-t-il ensuite ?

Vous avez donc une nouvelle page Web brillante en espagnol, en français ou en polonais. Félicitations ! Votre site Web multilingue est susceptible (espérons-le !) de générer des demandes de renseignements de la part de personnes lisant le site dans des langues autres que l’original. Que faire maintenant ? Comment allez-vous donner suite aux demandes de renseignements dans d’autres langues ? Si vous vendez des produits physiques, cette question n’est peut-être pas très importante. Une interface de commande multilingue permettra simplement aux clients de passer des commandes dans leur langue qui seront ensuite exécutées comme n’importe quelle autre commande. Même dans ce cas, il se peut que vos clients potentiels vous posent des questions sur les détails techniques ou les caractéristiques de vos produits. Mais qu’en est-il si votre entreprise est un hôtel, un spa ou une station de ski ? Que se passe-t-il lorsque vous commencez à recevoir des demandes de réservation en français ? Le site Web français créera-t-il une demande de personnel francophone, et pourrez-vous répondre à cette demande ? C’est là qu’un soutien continu et une relation avec un traducteur indépendant pourraient vous aider.

Pour conclure

Vous avez reçu quelques devis, mais au final, vous ne pensez pas pouvoir vous offrir un traducteur. Avant de décider d’abandonner et d’opter pour un outil gratuit, envisagez d’autres options :

  • Avez-vous vraiment besoin de tout traduire ? Peut-être qu’une page de renvoi suffira.
  • Pouvez-vous hiérarchiser le contenu à traduire ?
  • Pouvez-vous envoyer le contenu par morceaux à traduire plutôt que d’attendre que l’ensemble du catalogue de produits ou des guides en ligne soit disponible ?

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *